Président

Le président est élu pour un mandat de deux ans par l’Assemblée générale. Il représente le RECEF dans tous les actes de la vie civile. Le président est d’office le président d’assemblée du Bureau et de l’Assemblée générale.

Le président, le général Siaka Sangaré, est le délégué général aux élections du Mali.

Notes biographiques du président

Le Général Siaka Sangaré Le général Sangaré a un parcours professionnel qui s’est développé sur deux fronts, soit au sein de l’armée du Mali et au sein de l’administration des élections de ce pays. Il est le délégué général aux élections du Mali depuis le 29 mars 2006. Il a été élu à l’unanimité à titre de président du RECEF lors de l’Assemblée constitutive qui s’est tenue du 22 au 24 août à Québec.

Détenteur d’un baccalauréat (1974), d’une maîtrise en économie (1978), d’un diplôme de commissaire de l’air et d’officier (1980), il a également acquis plusieurs certificats et attestations en informatique au cours des années 1980. Il travaille pour l’armée malienne et la Délégation générale aux élections du Mali depuis 1980.

Monsieur Sangaré a occupé plusieurs fonctions au sein de l’armée malienne, notamment celle de directeur central du personnel de l’administration et des finances de l’Armée de l’air de 1981 à 1985. De 1986 à 1991, il a été directeur central adjoint de l’Intendance militaire, avant d’en être le directeur central en 1991-1992. L’année suivante, il a été inspecteur des armées.

De 1993 à 1995, il a été sous-chef de l’Administration et des Finances de l’État major général des armées. De 1995 à 2000, il a été secrétaire général du Conseil supérieur de la fonction militaire et conseiller technique du ministre de la Défense, avant d’être nommé inspecteur des armées et services, poste qu’il occupera jusqu’en 2006.

Parallèlement à ces fonctions militaires, le général Sangaré a été membre de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) en 1997-1998. Cette expérience électorale et ses connaissances informatiques l’ont mené au poste de chef du Bureau du fichier électoral de la Délégation générale aux élections de 2001 à 2006. De 2002 à 2005, il a également agi à titre de délégué général aux élections par intérim.

Le 29 mars 2006, il a été nommé délégué général aux élections du Mali, poste qu’il occupe toujours aujourd’hui.

En plus de sa vaste expérience électorale au Mali, le général Sangaré a participé à un nombre important de missions d’évaluation et d’observation des processus électoraux sur la scène internationale, notamment avec l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO). Il a œuvré dans un très grand nombre de pays, principalement en Afrique.

L’histoire retiendra notamment qu’il a contribué au démarrage du processus électoral en République démocratique du Congo en 2004, qu’il a agi à titre d’expert électoral consultant de l’OIF auprès du Conseil électoral provisoire d’Haïti en 2005-2006 et qu’il a été chef de la Mission d’observation sécuritaire des élections législatives (2007) et présidentielle (2010) de la CEDEAO au Togo.

De janvier à septembre 2010, il a été expert électoral consultant de l’OIF auprès de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) de la Guinée (Conakry). Au moment de réaliser le deuxième tour de l’élection présidentielle de ce pays, une crise nationale a éclaté. Compte tenu de l’impossibilité de trouver une personne neutre faisant l’unanimité des candidats politiques, le président de la République de Guinée a nommé le général Sangaré à titre de président de la CENI, malgré sa nationalité malienne. Sa candidature a immédiatement été accueillie avec un grand enthousiasme par les deux candidats. Le deuxième tour de l’élection a été organisé dans l’ordre et les résultats furent acceptés par les deux candidats.

Le général Sangaré a reçu de nombreuses et prestigieuses distinctions au Mali, au Bénin, en Haïti, en Guinée, à Madagascar et en France. Il a de plus obtenu la médaille Léopold Sédar Senghor de l’OIF en 2011 pour son travail réalisé à titre de président de la CENI de Guinée.

En 2008, le général Sangaré affirmait à Cotonou que « les élections sont une affaire de professionnels ». C’est précisément l’un des principaux objectifs du RECEF : contribuer à la professionnalisation des élections dans les pays membres.

Dernière mise à jour : 24 mai 2016